Browse

11 - 16 of 16 items :

  • History of Cultural Studies x
Clear All

Abstract

L’article retrace à grands traits l’histoire de la rencontre entre études germaniques et Cultural Studies / études culturelles, comportant pour une part une interrogation quant à l’organon des questionnements de ces dernières. Toutefois, la pluridisciplinarité pratiquée de longue date par les germanistes français les conduit à se rapprocher des études culturelles. Certaines évolutions institutionnelles, comme la création du CIERA et du centre Marc Bloch par exemple, des pratiques novatrices apportées par les études culturelles, notamment dans le cadre de cotutelles de thèse ou des programmes des Équipes d’Accueil en sont la preuve. Ces éléments novateurs sont les bienvenus s’inscrivant dans le cadre d’une conception globalement humboldtienne de l’université mais soucieuse également de ne pas réifier le savoir.

Abstract

Nach langen Jahren der Debatten hat sich die Kulturwissenschaft in den philologischen Fächern in Deutschland etabliert. Sowohl hinsichtlich der programmatischen Auseinandersetzung als auch der wissenschaftlichen Praxis scheint eine Phase der vorläufigen Konsolidierung erreicht, die sich gleichwohl durch eine große Bandbreite im begrifflichen Verständnis und der konkreten Ausgestaltung von Kulturwissenschaft auszeichnet. Der Beitrag zeichnet diese Bandbreite auf der Grundlage von jüngeren Positionsbestimmungen und Einführungsbänden nach. Dabei gilt das Augenmerk den ‚Nachbarphilologien’ der Romanistik, spezifischer: der Germanistik und Anglistik.

Abstract

L’« école française d’histoire culturelle » adopte cette identification à partir des années 1980 mais elle est la résultante de plusieurs démarches qui ont renouvelé un vieux projet remontant aux Lumières, françaises puis allemandes : une démarche d’histoire sociale, née d’une évolution critique de la doxa marxiste, une démarche d’histoire politique, née d’une évolution critique des grilles de lecture libérales, enfin, et surtout, une démarche d’anthropologie historique, née d’une évolution critique des hypothèses économistes du groupe dominant de l’École des Annales. La particularité française, qui s’était exprimée après la Seconde guerre mondiale dans le vocable de « mentalités », a, en récupérant le concept de culture, paradoxalement facilité la réintégration de cette école dans un mouvement international.